ER c'est quoi?
Fiche technique
FAQ
Mini-Dico
Interview
Conf. presse Produits dérivés


Coffret DVD intérgale
15 saisons

Saison 1
Saison 2
Saison 3
Saison 4
Saison 5
Saison 6
Saison 7
Saison 8
Saison 9
Saison 10
Saison 11
Saison 12
Saison 13
Saison 14
Saison 15
Générateur de
résumés auto

Etudes aux US
Hopitaux US
Medical student
Les différents statuts

En france...
Avis médecins
Interview Infirmière

 
 
 
Urgences script de fan

URGENCES SCRIPT DE FAN

épisode écrit par Anne De Santerre et Margault Chavaroche

 N'hésitez pas à nous envoyer le votre


Ä Le réveil sonne, Elisabeth réveille Mark qui ne se lève pas tout de suite. Elle va dans la salle de bain et décide de faire son test de grossesse. Mark se lève et prépare le petit déjeuner. On voit Elisabeth qui attend impatiemment le résultat de son test. Puis on la voit sourire, elle range son test et sort de la salle de bain. Elle retrouve Mark.

M : Bonjour ! (ils s’embrassent). Comment vas-tu ce matin ?

E : Mieux que jamais !

 

GENERIQUE

 

Ä Dave ouvre la porte  de la salle où dort  Lucy.

D : Lucy…Lucy…DEBOUT ! (il hurle)

Lucy sursaute et se lève. Ils sortent de la salle.

D : Bien dormit ??

L : Hum ! Au fait, merci de m’avoir aidé pour ma garde de nuit, t’as bien assuré !

D : Ouais toi aussi chérie, on se refait cela quand tu veux !

Ils rient et se dirigent vers l’accueil.

 

Ä Luka entre dans l’hôpital. Kerry à l’accueil l’interpelle.

K : Bonjour Luka ! Tenez, vous tombez bien, j’ai un dossier pour vous ! (elle lui tend le dossier). Il s’agit d’un groupe d’enfants à vacciner contre la varicelle.

L : Merci Kerry, je m’en charge.

Luka part s’occuper des jeunes.  

 

Ä Kerry croise John qui arrive en baillant.

K : Ah Carter, j’ai des papiers à vous faire remplir.

J : Hum, merci beaucoup…

Arrivé à l’accueil, John prend un dossier, qu’il repose aussitôt voyant une belle blonde entrer aux Urgences. Il s’approche d’elle.

J : Je peux vous aider ?

JF : Oui, je ne me sens pas très bien, j’ai un affreux mal de tête.

J : Venez, je vais m’occuper de vous.

Kerry arrive et lui tend une énorme pile de dossiers.

K : Tenez Carter, ça va vous occuper. Je me charge de cette jeune femme.

J : Bien sûr…

Il part déçu, laissant Kerry avec la jeune femme. Il s’installe en salle de repos avec sa pile de dossiers. Cléo entre.

C : Ah ! Je vois que vous avez du travail !

J : Ne m’en parlez pas !

 

Ä Dans une salle, avec une infirmière, Luka vaccine tour à tour les enfants. Puis vient le tour d’un petit garçon.

L : Bonjour ! Comment tu t’appelles petit bonhomme ?

P : Pavel m’sieur !

L : Tu peux m’appeler Luka. Tu es de quelle origine ?

P : Je viens de Croatie, mon papa est croate.

L : Tiens ça alors ! Tu sais, moi aussi je suis croate !

P : C’est vrai ? Alors vous devez vous souvenir comment c’était horrible quand il y avait la guerre. Nous, c’est pour ça qu’on est parti.

L : Moi aussi. Mais ma femme et mes enfants sont restés là-bas.

P : Vous vous voyez encore ?

L : (changeant de sujet) Bon voilà, c’est terminé ! Tu aimes le foot alors ?

P : C’est ma passion !

L : Alors bonne chance pour votre match de…

P : Cet après-midi ! Merci m’sieur au revoir !

L : A bientôt bonhomme.

Luka soupire puis sort de la salle et croise Elisabeth.

E : Tu n’as pas vu Mark et Kerry ?

L : Non, mais ils ne doivent pas être très loin !

 

Ä Elisabeth interpelle Kerry et Mark qui sortent en discutant d’une salle.

E : Ah et bien je vous cherchais. Romano veut que vous remplissiez cette feuille de garde.

M : Encore ! Mais on a remplit la même il y a à peine une semaine !

E : Et bien je ne sais pas moi, vois cela avec lui !

K : Laisse Mark, je m’en charge.

M : Merci beaucoup Kerry !

Kerry prend la feuille et s’éloigne. Elisabeth et Mark marchent vers l’accueil.

E : Ca me paraît plutôt calme ce matin, non ?

M : Oui pour l’instant ça va !

Carol entre avec ses deux filles dans les berceaux. Elle pose ses affaires.

C : Tiens salut !

E&M : Bonjour Carol !

Elisabeth prend Kate dans ses bras et la dorlote.

M : Alors, tu vas bien ?

C : Oui ça va, mais Tess ne va pas très très bien ! Est-ce que Cléo est par-là ?

M : Oui, elle doit s’occuper d’un patient…je pense que tu vas la trouver dans la salle deux.

E : Tiens, je te rends ta petite mignonne.

C : Merci beaucoup, je vous vois plus tard alors ?

M : D’accord !

Carol s’éloigne avec ses deux petites.

E : Elle a l’air heureuse !

M : Oui !

E : Elle a de la chance ! Et elle a deux adorables filles !

On entend une ambulance arriver, Mark et Elisabeth sortent à l’extérieur.

E : Qu’est-ce qu’on a ?

A : Homme 84 ans ; AVP percuté par une voiture ; antécédent chirurgical, se plaint de problèmes respiratoires.

Ils entrent dans le bâtiment.

M : On le met en réa 1.

Le bip d’Elisabeth sonne, elle regarde.

E : C’est Romano…zut j’avais oublié, j’ai une sortie au bloc avec lui !

M : vas-y, je m’en charge.

Elisabeth s’en va, Mark et les ambulanciers arrivent dans la salle et le déplacent.

M : On lui fait NFS, chimie standard et iono. Pupilles réactives et symétriques.

Patient : J’ai mal !

M : Ne vous inquiétez pas, nous allons nous occuper de vous !

I : Il bradycarde, poux très faible ! NFS anormal !

M : Sûrement un caillot, on lui donne deux ampoules d’adré, on le monte au bloc. Appelez Benton et dites-lui que je lui monte une embolectomie.

 

Ä Cléo et Carol sont dans une chambre des Urgences. Cléo examine Tess.

Cl : Tu t’es inquiétée très vite. Elle n’a presque rien. C’est juste une petite angine. Je vais lui prescrire quelques médicaments. (elle écrit ). Tiens voilà son ordonnance. (elle lui tend le papier )

Ca : Tu es sûre qu’il n’y a rien de grave ? Parce que je ne voudrais pas qu’il y ait des complications !

Cl : Ne t’inquiètes pas, Tess va très bien. Tu veux que j’examine Kate ?

Ca : Tu es sûre que ça ne te dérange pas ?

Cl : Mais non ! Allez viens là ma chérie ! (après quelques examens ). Eh bien dis-donc Carol, on peut dire que tu as mis au monde un bébé parfait.

Ca : Merci Cléo. Je vais de ce pas à la pharmacie. Je ne sais pas comment te remercier.

Cl : Mais de rien. Aller, soigne-là bien et repose-toi. Au revoir.

Ca : A bientôt !

 

Ä Mark est à l’accueil. Il prend un appel.

M : Urgences du Cook County.

V : Gros carambolage en centre ville avec plusieurs voitures et surtout un bus d’enfants, énormément de blessés. Combien pouvez-vous en accueillir ?

M : 3 blessés graves et vous voyez pour les légers.

V : Bien préparez-vous, dans 5 minutes.

Mark raccroche.

M : Très bien, tout le monde se prépare, on nous envoie 3 blessés graves et des légers. Shirley, bipez Elisabeth et Peter. 

Shirley va au téléphone et Kerry arrive.

K : Qu’est-ce qu’il se passe Mark ?

M : On nous envoie 3 blessés graves, j’ai bipé Elisabeth et Peter.

K : Je vais prévenir Carter.

Kerry entre en salle de repos et trouve Carter en train de travailler sur ses dossiers.

K : Carter on a besoin de vous.

: Ben je n’ai pas finit…

K : Mais abandonnez donc tout cela, on s’en fiche ! On a 3 blessés graves qui arrivent.

: D’accord je viens.

Kerry et John sortent, ils retrouvent Mark et Peter à l’accueil. Ils se préparent. Le premier blessé arrive. Kerry et Peter s’approchent.

K : On s’en charge. Qu’est-ce qu’on a ?

A : Enfant de 11 ans. Bloqué dans le bus. A perdu énormément de sang sur place.

K : On va en réa 1, Mark !

Mark approuve de la tête et se jette sur le deuxième blessé qui arrive.

M : Carter vous vous en occupez ?

: Oui !

Luka arrive en courant et s’approche du brancard.

M : Luka je vous laisse avec Carter, j’attends un troisième blessé. Allez en réa 2.

L : Oui bien sûr. Qu’est-ce qu’on a ?

A : Enfant de 12 ans, bloqué assez longtemps dans le bus, les jambes surtout étaient prises sous un siège.

: Et comment s’appelle-t-il ?

A : Pavel.

L : Pavel, tu te souviens de moi ? N’est pas peur on va s’occuper de toi !

Ils arrivent en réa 2.

: Attention à 3 on le déplace. 1-2-3.

On voit Elisabeth passer en courant devant la porte de la réa 2, on la suit jusqu’à l’accueil.

M : Ah te voilà…ils nous en emmènent un troisième. Kerry et Peter sont en réa 1 et John et Luka en réa 2.

E : Bien.

Les ambulanciers entrent. Elisabeth et Mark se jettent dessus !

A : Enfant du bus, 10 ans. Respiration anormale, multiples plaies. Il s’appelle Jimmy.

E : Très bien Jimmy, tu es aux Urgences et tout va très bien se passer.

M : Pour raison de manque de places, on va en réa 2 avec Carter et Luka.

Ils entrent en réa 2.

M : Attention à mon signal on le déplace en douceur. Maintenant.

Ils déplacent le blessé et les ambulanciers partent.

M : On fait chimie, iono.

E : Et les gaz du sang aussi.

Elisabeth et Mark examinent le garçon.

M : Il a des plaies aux jambes, je débride.

I : Saturation à 90.

E : Il est cyanosé, oh non il perd connaissance, je l’intube, vite, sonde de 8.

Elisabeth intube Jimmy.

M : Carter, tu t’en sors ?

: Oui ça va. Il est stable.

L : Test de Babinski négatif, lésion du faisceau pyramidal.

J : On refait un bilan complet.

M : Elisabeth je te laisse, je vais voir où en sont Kerry et Peter.

E : Pas de problèmes, je crois que ça va.

Mark traverse et rejoint Kerry et Benton.

M : Alors ?

K : Il est dans un état critique. On l’a intubé mais bon…

P : Je fais un lavage péritonéal.. Aiguille de 5.

Peter prend la seringue (avec du sérum physiologique) et injecte le liquide. On voit Kerry et Mark.

K : Qu’en est-il des autres ?

M : Le nôtre ça va, celui de Carter est sûrement paralysé.

P : Oh non ! Kerry ! Hémorragie interne !

Peter montre le liquide rouge récupéré dans la seringue.

K : Prévenez le bloc !

P : Pas le temps ! Bistouri !

K : On refait NFS.

Mark reste à aider Kerry et Peter.

M : On a prévenu les parents ?

I : Ils sont en route.

Une infirmière passe en réa 2, on la suit. Carter et Luka sont toujours sur leur patient. Elisabeth ballonne le gamin.

: Il tachycarde !

E : Faites-lui 10 mL d’adré.

: Asystolie !

E : merde, il s’enfonce ! Plateau de réanimation !

Une infirmière l’approche.

E : 160 on dégage.

Rien.

E : Allez repars. 200 on dégage.

I : J’ai un poux, il repart.

E : Ouf ! on lui donne ( à compléter )

On voit John et Luka.

J : C’est bon Luka, il est sauvé !

L : Sauf qu’il n’a plus de jambes, je l’emmène dans sa chambre.

Luka sort avec Pavel.

J : C’est bon Elisabeth ?

E : Oui merci je le surveille.

Cléo entre en réa 2.

Cl : Vous avez besoin d’aide ?

J : Non mais va voir à côté !

Elle passe en réa 1.

C : Je peux faire quelque chose ?

M : Non venez, on va s’occuper de blessés légers.

Ils sortent laissant Kerry et Benton.

: Depuis combien de temps est-il en arrêt ?

I : 15 minutes.

K : On essaie une dernière fois. 360 on dégage.

Un long silence s’installe, le gamin ne repart pas.

K : Heure du décès 15h37.

 

Ä Lucy et Dave sont en train de recoudre un des jeunes de l’accident. Ils sont dans une des chambres de l’hôpital. Lucy s’éloigne quelques instants.

Enfant : Elle est jolie ta copine !

D : Ah ! Tu trouves ? En fait ce n’est pas ma copine !

E : En tous cas, à ta place, je tenterais ma chance.

D : Arrête de dire des bêtises.

Lucy revient et Dave va en radiologie (la pièce à côté).

L : Alors on va voir si Dave t’a bien recousu !

E : Pourquoi tu sors pas avec l’autre médecin ? 

L : Qui ça, Dave ?

E : Ouais, je vois bien que t’en meurs d’envie.

L : Qu’est-ce que tu dis ? Ce n’est absolument pas mon type ! (elle rougit).

E : Ah on dit ça et puis en fait…

: Bon je vais regarder tes radios ! Tu ne bouges pas !

Elle entre dans la salle et y retrouve Dave.

L : Alors, qu’est-ce qu’on a ?

D : Juste une fracture du poignet.

L : Au fait, tu ne sais pas ce qu’il m’a dit ce petit Quentin ?

D : Vas-y !

L : Il croit qu’on sort ensemble !

D : Ah oui ! il m’a dit la même chose ! (ils regardent tous deux les radios). C’est absurde ! Comme si on pouvait être ensemble !

L : Oui, complètement absurde !

Par inadvertances, elle pose sa main sur celle de Dave. Ils se regardent et puis s’embrassent. Quelques instants après Carter entre et les voit en train de s’embrasser !

C : Eh Malucci… Ah ! Ben en fait, je reviendrai plus tard.

Dave ne se décolle pas de Lucy et fait un petit signe approbateur de la main à John.

 

Ä A l’accueil, les parents de l’enfant décédé arrivent. Kerry va les voir pour leur parler.

K : Monsieur et madame Sherkil ? Bonjour. Docteur Weaver.

La mère : Où est Sébastien ? On peut le voir ?

K : Ce que j’ai à vous dire n’est pas facile à entendre. Votre fils a fait une importante hémorragie interne suite à ses blessures. Malgré  tous nos efforts, nous n’avons pas réussi à le sauver. Je suis désolée.

Le père : Peut-on le voir ?

Kerry hoche la tête et les fait entrer en réa 1 et les laisse pour qu’ils soient seuls avec leur fils.

 

Ä Kerry revient à l’accueil, elle voit John.

K : John, vous avez vu Lucy ? On a plusieurs blessés qui n’ont toujours pas été soignés.

: Je vais la chercher tout de suite !

Kerry s’éloigne.

: Ils vont m’entendre ces deux là !

Il s’arrête devant la porte de radiologie.

J : Pfou…allez on y va !

Il entre et les trouve toujours collés l’un à l’autre.

: Mhum…LUCIE ! DAVE ! Maintenant y’en a marre ! Y’a des tas de blessés qui vous attendent, et vous, vous êtes en train de vous fricoter !

L : Oups désolée John !  On retourne tout de suite auprès de notre patient.

D : Oui on y va. Scuse-nous !

Lucy sort et John retiens Dave.

J : Tu me raconteras ? En tous cas tu verras, elle est…géniale !

D : Je te fais confiance. Mais pour la première demande, tu peux toujours courir !

: Allez file, j’en connais une qui n'va pas être contente !

D : Ah ouais, qui ?

: Weaver !

D : (il rit ) Bon bah j’y vais alors !

Dave se dirige vers son patient et y retrouve Lucy.

L : Bon et bien voilà Quentin. Tu as juste une petite fracture du poignet. Tu vas attendre tes parents, une infirmière va s’occuper de toi et te faire un plâtre !

E : Bon, et vous deux, vous avez pensé à ce que je vous ai dit ?

D : Il va falloir que tu apprennes à retenir ta langue toi ! Bon allez, rétablis-toi bien !

Dave et Lucy s’éloignent. Dave se retourne et fait un clin d’œil à Quentin qui lui sourit.

 

Ä Elisabeth et Mark parlent en marchant vers l’accueil.

M : Je crois qu’il est hors de danger.

E : Oui, il lui restera quelques cicatrices et un mauvais souvenir.

M : Tu t’en es bien sortit quand il a replongé !

E : Bah comme d’habitude ! (elle sourit )

M : Tu fais une pause ?

E : Oui, pas de refus !

M : Je vais chez Doc Magoo, je te rapporte quelque chose ?

E : Oui, un milk-shake aux fraises s’il te plait !

M : En plein mois de novembre ?

Elisabeth hausse les épaules et fait à nouveau un grand sourire.

 

Ä Luka entre dans la chambre où se trouve Pavel. En le voyant entrer celui-ci sourit.

L : Tu te sens mieux ?

P : Oui un peu. Mais dites-moi pourquoi je ne sens plus mes jambes ?

L : C’est pour cela que je suis là. Tu sais, tu as eu de la chance de t’en sortir !

P : Oui l’autre médecin m’a dit la même chose, j’en suis conscient.

L : Malheureusement, il te reste quelques séquelles dont une plus ou moins grave : tu as les jambes paralysées.

P : Quoi ?

L : Oui je sais, ça paraît affolant, mais avec des appareils modernes, tu pourras remarcher !

P : Alors adieu au football ?

L : Pour quelques temps en tous cas ! Tu devras te déplacer dans un fauteuil alors si tu te débrouilles bien, tu pourras être gardien de but !

P : Je ne trouve pas ça drôle ! Vous ne comprenez pas ce que ça représente pour moi ! C’est toute ma vie !

L : Tu sais Pavel, je sais que c’est difficile à croire, mais tu as de la chance d’être vivant. Tu aurais pu mourir ! Et puis tout ne s’arrête pas là ! Tu as encore la vie devant toi.

P : Justement ! Je suis encore si jeune pour devoir me balader en fauteuil. J’ai encore tant de choses à découvrir !

L : Ecoute, je sais que ça paraît affreux et qu’on a l’impression que la vie est injuste et ne sert à rien, mais c’est faux !

P : Laissez-moi s’il vous plait !

L : Essaie de…

P : Partez, s’il vous plait !

L : D’         accord, je repasserai plus tard.

Luka sort de la chambre et croise Kerry.

K : Vous étiez avec le petit paralysé ?

L : Oui.

K : Comment va-t-il ?

L : Il est traumatisé, bien sûr ! Mais je trouve qu’il prend cela plutôt…plutôt bien. Je le trouve beaucoup plus mûr que son âge. Enfin. Et les parents de Sébastien ?

K : Très choqués. Je les ai laissés avec leur fils pour le moment.

L : Et vous ça va ? Vous tenez le coup ?

K : Il faut bien. C’est mon métier. Bon, je vous laisse, je vais voir les blessés légers qu’il reste à soigner !

Elle se dirige vers l’accueil.

 

Ä On y retrouve Lucy qui s’apprête à prendre un dossier, lorsque au même moment, Dave se prépare à faire la même chose ! Ils s’arrêtent net.

L : Je t’en prie, vas-y.

D : Oh non ! Les demoiselles d’abord. Charge t-en !

L : Mais je peux tout à fait en prendre un autre ! Tu sais, il y a plein de patients qui n’attendent que moi !

D : Alors je dois faire partie de ces patients ! Bon allez, prends-le ! Tu l’as dans les mains alors t’en qu’à faire !

L : Non, non, je t’en prie. Moi, j’ai tout mon temps. Tu allais t’en charger alors vas-y !

A ce moment là, John les aperçoit en train de se « disputer » le patient. Il arrive près d’eux, prend le dossier des mains de Lucy, fait un sourire et repart avec.

L : Et bien comme ça, ça met tout le monde d’accord.

Lucie et Dave se mettent à rire et se chargent chacun d’un nouveau patient.

 

Ä On voit Carter entrer dans une salle où se trouve une grand-mère allongée. Il s’approche.

J : Bonjour je suis le docteur Carter.

Patiente : Bonjour docteur !

J : Alors, dites-moi, vous avez des troubles et pertes de connaissance instantanées, c’est cela ?

P : Oui docteur, j’ai déjà été hospitalisée il y a six mois pour insuffisance cardiaque et rénale, et là j’ai perdu deux fois connaissance très vite et puis aussi parfois je me sens pas très bien.

J : Lili, tu peux me faire Nfs et gaz du sang s’il te plait. Mais Mme heu… (il regarde le dossier) Mme Loxen, vous êtes venue toute seule jusqu’ici ?

P : Oui, vous savez, j’ai 85 ans mais je suis parfaitement robuste et en bonne santé habituellement !

J : Oui, mais vous savez, ce n’est pas très prudent de rester seule quand vous perdez connaissance !

P : Justement c’est pour cela que je suis venue vous voir.

J : Vous avez bien fait !

P : Mais je me sens quand même très faible parfois docteur !

J : Nous attendons les résultats et je reviens vous voir !

Carter sort de la salle, il croise Mark.

 

Ä Mark entre en salle de repos une tasse de café à la main. Il retrouve Carol.

M : Tiens, tu es encore là ? Tu en veux ? (il montre son café )

C : Non-merci !

M : Alors, Tess va mieux ?

C : Chut, elles dorment !

M : Oh pardon !

C : Elle avait une petite angine, je suis allée à la pharmacie et je suis revenue ici.

M : Tu t’en sors ?

C : Oui, merci Mark, c’est pas facile tout le temps mais ça va !

M : Il faut que tu te reposes !

C : Je voulais te dire que j’avais eu Doug au téléphone hier.

M : Parfait, et qu’est-ce qu’il t’a dit ?

C : Que je lui manquais mais qu’il n’avait pas été assez fort pour me le dire avant. (elle fait une pause ) Il veut venir nous voir. (une autre pause ) Je l’aime tellement, et s’il me demandait de repartir avec lui ?

M : Tu dirais oui, Carol.

Mark prend Carol dans ses bras pour la consoler.

 

Ä Malucci entre dans une chambre où il trouve son nouveau patient.

D : Bonjour, Dr Malucci.

P : Bonjour, je m’appelle Franck.

D : Alors comme ça, vous avez des ballonnements ? Et bien c’est gai !

F : Oui je pense que je n’ai pas digéré le gras de bœuf de ma femme de midi.

D : On va observer ça tout de suite.

F : Peut-être qu’en lévitant un peu, ça passerait. Vous croyez à la lévitation ?

D : Euh…c’est pas ma tasse de thé. Mais, en ce moment c’est vrai que je suis sur un petit nuage. Bon, restez là, je vais chercher de quoi vous purger !

Il sort.

 

Ä Carter entre dans la chambre de Mme Loxen. Il prend le dossier et le regarde.

P : Alors docteur, c’est grave ?

J : Non rassurez-vous Mme Loxen, vous avez une anémie, c’est à dire un appauvrissement des composants du sang.

P : Ah, alors je peux rentrer chez moi ?

: Mme Loxen, justement je voulais vous parler. Ne pensez-vous pas que…

P : Ah non ! (elle lui coupe la parole ) Je ne veux pas aller en maison de vieux !

J : Non, je voulais vous proposer une aide à domicile, c’est à dire une personne qui viendrait de temps à autres s’occuper de vous et vous aider simplement. Réfléchissez-y !

P : Heu, je vais voir avec ma mutuelle.

: Généralement c’est remboursé, mais faites comme vous le sentez, cependant pensez que si cela se reproduit vous n’aurez peut-être pas la force de venir seule.

P : Ah oui…mais vous savez à mon âge !

J : En tous cas, je vous prescris ces médicaments et prenez-les bien c’est très important.

P : Oui bien sûr.

J : Et promettez-moi de réfléchir à ce que je viens de vous dire !

P : Oui docteur je vous le promets !

J : Au revoir !

John sort et croise Dave qui entre dans une salle.

 

Ä Dave entre dans la salle.

D : Alors…êtes…bah il est où ?

Dave cherche son patient qui n’est plus sur son lit. Il sort et se renseigne alors auprès de Cléo, Lucy, Luka et John.

: Alors Malucci, reste sur terre, il faut que tu attaches tes patients maintenant ?

D : Très drôle ! Au lieu de dire des bêtises, aide-moi à le chercher !

Ils repartent donc à sa recherche. Lili arrive.

L : C’est vous qui avez perdu un patient ?

D : Oui !

L : Je l’ai retrouvé !

D : Ou est-il ?

L : Ce gars-là est un malade ! Il est en train de faire le poirier derrière une porte !

D : Où ça ?

L : Venez, suivez-moi !

Lili emmène Dave jusqu’à une salle, elle ouvre la porte et ils découvrent le patient en train de faire le poirier.

D : Merci Lili ! Bon et vous vous venez !

Il le ramène dans sa chambre.

D : Mais qu’est-ce que vous faisiez ?

F : J’essayais de chasser mon mal de ventre. Vous savez, les hindous utilisent cette technique pour…

D : Oui, mais ici nous sommes aux Etats-Unis et on a des moyens plus terre à terre. Restez-là maintenant ! L’infirmier va venir s’occuper de vous.

Il appelle Malik qui arrive et se charge du patient.

 

Ä Romano entre dans le bureau d’Elisabeth.

R : Vous faites une pause ?

E : Non ça y est !! (elle lui montre le milk-shake )

R : Ah un milk-shake ! Permettez-moi de vous dire que vous avez grossit ces derniers temps Lizy !

E : Oh et bien je vous retourne le compliment Robert !

R : Ne soyez pas vexée ! Pour me faire pardonner, je vous invite à dîner ce soir !?

E : Désolée mais ce soir je sors avec Mark, lui au moins ne me trouve pas grosse !

R : Hum…à plus tard ! (il part tout gêné )

 

Ä Luka entre dans la chambre de Pavel. Il reste dans l’entrebâillement de la porte, Pavel est seul.

L : Je peux entrer ?

Pavel fait un signe approbateur de la tête.

L : Tu as repensé à ce que je t’ai dit ?

P : Oui. Et vous avez raison. J’ai de la chance. Ca aurait pu être pire. Et puis ce n’est pas la fin du monde après tout !

L : C’est bien que tu t’en sois rendu compte.

P : Je sortirai bientôt ?

L : Pas encore. Il faut qu’on t’examine plus précisément. Ensuite, tu iras dans un centre de rééducation.

P : Vous viendrez me voir de temps en temps ?

L : Je te le promets. Bon. Il faut que je te laisse maintenant. A bientôt bonhomme !

( il lui « caresse » la tête et lui fait un énorme sourire )

P : Au revoir.

Luka sort de la salle.

 

Ä Une ambulance arrive, Carter s’en occupe.

J : Qu’est-ce qu’on a ??

: Homme 24 ans. A avalé une brosse à dents, très faible respiration, impossible à intuber.

Ils vont en réa 1. Ils le déplacent.

J : Très bien, faites-lui gaz du sang, 10 mL de morphine et 1 ampoule d’himo. Shirley, préparez-moi une voie centrale s’il vous plaît.

Dave entre dans la salle.

D : Besoin d’aide Carter ? Qu’est-ce qu’on a ?

J : Jeune homme ayant avalé une brosse à dents.

D : Beurk !

J : Je lui pose une voie centrale, arrange-toi pour lui retirer cela de la bouche puisque tu veux m’aider.

John pose la voie centrale pendant que Dave examine la brosse à dents coincée.

D : Carter je peux pas faire cela c’est dégueulasse !

J : Hein hein mais je suis occupé.

D : Donnez-moi une pince !

: Ca y est, la voie est posée.

I : Il est stable, les constantes sont normales.

Dave prend la pince et essaie de retirer la brosse.

D : Je sais pas comment tu te débrouilles John, mais tu tombes toujours sur des drôles de patients !

: Bon tu y arrives ?

D : J’avoue que je ne suis pas très doué en mécanique !

J : Donne-moi cette pince !

Carter en douceur retire la brosse à dents.

J : Et voilà.

D : Faut pas être malin pour avaler une brosse à dents. Bon allez, j’y vais.

J : Dis-moi, t’es pressé ? T’as un rendez-vous ?

D : Ah ça ne dépend pas de moi !

Il sort de la salle.

 

Ä Dave entre en salle de repos pour se préparer à partir, il y retrouve Lucy.

D : Pfiou ! Quelle journée !

L : A qui le dis-tu !

D : Tu as fini là ?

L : Oui, toi aussi je crois ?

D : Exact. Euh…je t’invite à prendre un verre ?

L : Pourquoi pas.

D : Cool.

L : On y va ?

D : On y va !

Ils sortent et quittent l’hôpital.

 

Ä Carter voit Mark et Elisabeth partir.

J : Il y en a qui ont de la chance !

Il se dirige en salle de repos où il doit retrouver ses dossiers. Il ouvre la porte et, surpris, il ne voit pas sa pile de papiers.

J : Bon. Ne paniquons pas. Vu le nombre qu’ils étaient, ils ne doivent pas être très loin !

Kerry entre.

K : Vous parlez tout seul John ?

J : Oui, je me demandais où étaient passés mes dossiers ?

K : C’est moi qui les ai enlevés.

J : Je croyais que vous vouliez que je m’en occupe ?

K : J’ai changé d’avis ! Je me suis rendue compte que vous étiez meilleur actif auprès d’un patient, que passif devant de la paperasse.

J : Si j’ai bien suivi, fini les papiers administratifs ?

K : Oui !

J : Donc je peux rentrer chez moi ?

K : Absolument.

J : Merci docteur Weaver. Et bonne soirée.

K : Bonne soirée John.

Il sort, Kerry reste seule assise à une table.

 

Ä Elisabeth et Mark sont assis face à face chez Doc Magoo à boire un thé.

E : Ca a été aujourd’hui ?

M : A part le petit qui est décédé, oui, et toi ?

E : Oui, c’était une très belle journée.

Elisabeth sourit, Mark la regarde.

M : Tu es bizarre aujourd’hui, me cacherais-tu quelque chose ?

E : Depuis ce matin je suis particulièrement heureuse, et je t’ai fait des allusions toute la journée !

M : Elisabeth il est tard et j’avoue que je ne te suis plus !

E : Je suis enceinte Mark !

Elle sourit, Mark la regarde et explose de joie. Ils se regardent à nouveau et s’embrassent.

 

FIN

 

Anne De Santerre et Margault Chavaroche

Saison 1
Saison 2
Saison 3
Saison 4
Saison 5
Saison 6
Saison 7
Saison 8
Saison 9
 Saison 10
 Saison 11
 Saison 12
Le CD

Son
Vidéo

L'album (+ de 1500 photos)
Photos du générique

Ecrire au webmaster

Chat Urgences
(RDV après la diffusion d'un épisode)

Mailling-list Urgences

s'inscrire
se désinscrire


Garantie sans pub